Rechercher dans ce blog

dimanche 9 octobre 2016

morales : s'il suffisait de les écrire

 

algunas veces bebo para olvidar quien soy
 soy un borracho


je bois parfois pour oublier qui je suis
je suis un ivrogne

L'ivrogne rend sa famille malheureuse. Je ne bois pas d'alcool.

cahier du jour, 4 novembre 1963


5 commentaires:

  1. souvenirs, souvenirs : la morale du jour qu'on écrivait et qu'on commentait. L'impression d'être d'une autre époque, époque révolue ??

    RépondreSupprimer
  2. C'est bien d'avoir gardé ses cahiers d'autrefois. L'avantage peut-être des maisons de famille.

    RépondreSupprimer
  3. "ma" maîtresse, "hal-lu-ci-nant comme elle fait jeune !" , habite mon quartier d'aujourd'hui, elle a gardé quelques cahiers de ses premiers élèves, une classe unique du CP au certificat d'études, une douzaine d'élèves dans un quartier perdu du Pays Basque, mobylette dans le train pou les 20 derniers kilomètres, années 60...

    RépondreSupprimer