Rechercher dans ce blog

jeudi 16 juillet 2020

Sauver quelque chose du jour qui meurt (3)

Ses deux petits à la traîne, elle règle Sud Ouest Dimanche, les Carambar sont plus bas, juste à hauteur des enfants, Rien qu'un maman pleurniche le petit frère, un Non ferme claque à plusieurs reprises, la grande soeur, cinq six ans, est silencieuse, rapide coup d’œil à droite à gauche et sa main plonge dans le bocal, menton haut, toujours silencieuse et irréprochable, elle enfouit le Carambar tout au fond de la poche de son K Way, la petite famille s'éloigne

vendredi 10 juillet 2020

sauver quelque chose du jour qui meurt (2)

un crachin pénétrant, petite queue de cheval dansante, robe d'été à fines bretelles, six, spet ans, elle avance d'un pas décidé, se retourne parfois, il la suit, pousse devant lui une valise à roulettes, on se prend à supputer, garde alternée, séjour chez les grands-parents, ils disparaissent au coin de la rue, quelques minutes encore, le crachin se fait averse, ont-ils eu le temps d'atteindre la gare pour se mettre à l'abri

dimanche 21 juin 2020

Conversation (14)

Petite main enfouie dans celle de sa maman qui la tient fermement. Cinq, six ans maximum. L'entrée d'un magasin pas cher de la ville.  T'auras assez pour m'acheter le jouet ? Oui, maman a les dix euro de papa. Une inquiétude palpable, peut-être une longue suite de promesses non tenues. T'es sûre que c'est assez ? Avec fierté. Maman aussi a de petits sous. Les voilà entrées

mardi 9 juin 2020

Vieillir (31) à la ferme

un bon grand gaillard, le visage rubicond, le regard bleu, les années heureuses en compagnie de sa mère, puis elle n'est plus, ensuite le relais d'une voisine pour le gros des courses au supermarché "ah ! non, je ne me vois pas pousser un chariot", le reste du temps l'épicerie au village à côté, on se voit brasse les nouvelles, enfin la retraite "j'ai bien fait de garder quelques vaches, au début j'étais perdu, j'ai même cru que j'avais les nerfs"

dimanche 24 mai 2020

printemps


de dodus moutons
se bousculent au-dessus
des tours du château

mercredi 13 mai 2020

vieillir (30)

80 ans bien passés, les jambes qui enflent, la voilà rivée à son petit pavillon, la mort de sa fille au loin, puis celle de son York, le compagnon des jours sans, et puis du temps, dans l'Epahd du bout de la rue, un homme, 90 ans, au cours de sa promenade, il s'arrête au portail, lui rend visite, des visites de plus en plus régulières, la vie prend des couleurs plus riantes, le quartier veille, non, c'est un homme bien, non, il n'en veut pas à ses petits avoirs, Confinement, il l'appelle matin et soir, répète et elle répète qu'il répète La prochaine fois, on confine ensemble

samedi 9 mai 2020

ce qu'on croyait gravé dans le marbre (2)

les trente glorieuses se terminaient, on écrivait des rédactions, Comment rêvez-vous de l'an 2000, imaginer alors la richesse et l’abondance, de petites avions voitures sillonnant rues et avenues, ah ! ces airs de 5ème élément, y avoir repensé en découvrant le film avec des jeunes gens, jolis vêtements pimpants et illimités pour chaque moment du jour, possibilité de changer de couleur de regard au fil des émotions, la faim aurait disparu, nos parents vivraient près de nous longtemps et en bonne santé, difficile de projeter autre chose que son présent, le plus souvent amplifié, sur son futur