Rechercher dans ce blog

lundi 7 janvier 2019

7 janvier 1953 : Composition française "Pour distraire une de vos petites amies malade et recluse..."

A peine vingt ans. Jolie. Pimpante. Elle enfournait sa mobylette dans le train à Pau, descendait à Peyrehorade et en route pour la petite école à classe unique du pays perdu. Ses jolies mains, ses ongles peints, ses jupes courtes serrées, serrées au-dessus du genou, ses petites bottes blanches à mi-mollets. La maîtresse. Et avec elle, l'idée de ce qu'on était ailleurs. A la ville.  Une admiration inconditionnelle. Un amour aveugle. L'enfance. 
La voilà face à vous au café. Sortie de son grand sac, une copie double qu'elle défroisse avec soin. Un trésor, c'est sûr "Attends, je vais te la tenir." Photo. "Toi aussi, tu trouves ça sans intérêt ?" elle désigne un passage du doigt. Lire "C'est un petit sapin qui était très heureux dans la forêt et que papa a dû couper pour faire la joie de mes frères et sœurs qui le soir du réveillon sont émerveillés de le voir si illuminés". Lever les yeux. Elle bravement "Moi je trouve ça plutôt joli" mais quelque chose vacille dans sa voix. Soixante-cinq ans plus tard, le temps de la contre expertise. Sourire "Mais oui, moi aussi je trouve ça joli, et j'imagine bien la petite fille que vous avez été" et songer. Vous-même combien de ces traces rouges dans les marges ? Ne pas s'attarder. Mots d'un instant. Grandir avec, autour, malgré. Grandir.


1 commentaire: