Rechercher dans ce blog

jeudi 17 septembre 2015

débandade,

bien sûr, on savait, on l'avait lu, les noms propres joueraient à cache-cache dans notre bouche et à l'instant de sortir se réfugieraient dans un quelconque repli intérieur et alors même que vous les auriez oubliés surgiraient et vous feraient la nique mais, le premier nom commun, non, vous ne vous y attendiez pas, un texto,  merci pour... ?  quoi donc, une obscurité flottante,  de vagues contours, un mot comme prévenance, un mot gentil et réconfortant, puis vous aviez battu en retraite, après tout peut-être l'aviez-vous rêvé ce mot mais le lendemain, il était là, vous ne l'aviez pas appelé, il se pressait "sollicitude", quels mots nous resterait-il si celui-là, déjà, nous abandonnait ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire