Rechercher dans ce blog

vendredi 27 août 2010

Lagrasse, 6 août, on l'attend, 
une loge improvisée,
plus une chaise de libre et soudain il est là, vulnérable, la rivière, les murs de l'abbaye, la voûte étoilée, immensités,  apprivoiser l'espace, mode badin de la conversation entre amis, sa voix s'essouffle un peu, pourra, pourra pas, on frémit, mais sa voix chaude et tendre s'envole, une voix comme encore prise dans les volutes de fumée, il chante et miracle, on a à nouveau l'âge où on l'a entendu pour la première fois. Celui de tous les espoirs. Un enchantement.


3 commentaires:

  1. merci / merci d'offrir / voix et guitare : une pure merveille / dans Palabras para Julia, video pas synchrone sur ordi/est-ce dû au mien ou à enregistrement you tube / mais voix et musique, on est largement comblée / (mais pas consolée de ce qui reste à dire)

    RépondreSupprimer
  2. J'essaierai de trouver une version synchrone !
    Fière et touchée de vous accueillir. Ce que vous écrivez est beau.

    RépondreSupprimer
  3. Notre second nom à tous doit être Julia!
    Ce texte, un baume pour nos coeurs, certains jours de ténèbres. Merci. ML

    RépondreSupprimer