Rechercher dans ce blog

jeudi 29 décembre 2011

"je me consacre aux marges de l'homme"


Treizième poésie verticale Roberto Juarroz
4

Muet parmi les mots,
presque aveugle parmi les regards,
au-delà du coude de la vie,
sous l'emprise d'un dieu qui est absence pure,
je déplace l'erreur d'être un homme
et corrige avec patience cette erreur.

Ainsi je ferme à demi les fenêtres du jour,
j'ouvre les portes de la nuit,
je creuse les visages jusqu'à l'os,
je sors le silence de sa caverne,
j'inverse chaque chose
et je m'assieds de dos à l'ensemble.

Je ne cherche désormais ni ne trouve,
je ne suis ici ni ailleurs,
je me refais au-delà du souci,
je me consacre aux marges de l'homme
et cultive en un fond qui n'existe pas
l'infime tendresse de ne pas être.

2 commentaires:

  1. merci du livre je trouve interresant et corti chez bon ce qu'il édite
    merci

    RépondreSupprimer