Rechercher dans ce blog

mardi 26 novembre 2013

J'aime les moutons... les moutons qui passent... là-bas... là-bas... les merveilleux moutons !

L'Etranger Charles Baudelaire

- Qui aimes-tu le mieux, homme énigmatique, dis ?
ton père, ta mère, ta soeur ou ton frère ?
- Je n'ai ni père, ni mère, ni soeur, ni frère.
- Tes amis ?
- Vous vous servez là d'une parole dont le sens m'est
resté jusqu'à ce jour inconnu.
- Ta patrie ?
- J'ignore sous quelle latitude elle est située.
- La beauté ?
- Je l'aimerais volontiers, déesse et immortelle.
- L'or ?
- Je le hais comme vous haïssez Dieu.
- Eh ! qu'aimes-tu donc, extraordinaire étranger ?
- J'aime les nuages... les nuages qui passent... là-bas...
là-bas... les merveilleux nuages !

                            

3 commentaires:

  1. parce que les moutons sont des nuages, et réciproquement, mais les nuages se taisent, attentifs à l'écho du vent dans les feuilles

    RépondreSupprimer
  2. C'est un beau pays... Nostalgie pour moi.

    RépondreSupprimer
  3. ce lopin de terre où je suis née et moi sommes attachés l'un à l'autre, votre pays actuel est bien beau aussi, un Sud Est qui nous fait tous rêver sauf que ce qui se mêle de nous et de notre histoire à tel ou tel lieu est sans doute lié à un irrémédiable sentiment de perte, tâcher de montrer, dire, ce n'est déjà plus

    RépondreSupprimer